Moissac avec Dominique de Villepin

Créé par le 28 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

img00296.jpg Dominique de Villepin organisait mardi 27 octobre à Paris la première soirée fondatrice de son rassemblement, le « Club Villepin ». Patrice Charles qui avec l’ancien député Jacques Briat, connaît depuis de nombreuses années l’homme d’Etat a témoigné par sa présence le soutien et l’engagement sans faille des moissagais fidèles à la volonté d’ambition de la France qu’incarne l’ancien Premier ministre.

Dominique de Villepin a été extrêmement sensible à cette marque de confiance qui, il le sait, n’est que le prélude à d’enthousiasmants combats à ses côtés pour Moissac et la France. 

 La Feuille Moissagaise.

La majorité budgétaire de Moissac se mêle les pinceaux

Créé par le 25 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

p62146052.jpgQuand une partie de la majorité budgétaire critique un emprunt qu’elle a voté, c’est le signe d’une dérive inquiétante et d’une certaine pagaille. Que cela vienne d’anciens opposants maintenant intégrés corps et âme à la vision dépensière et clientéliste qui caractérise la gestion actuelle, c’est plus que savoureux. Essayant maintenant de faire du « Charles » à la petite semaine, ces anciens opposants après avoir trahi leurs électeurs tentent de trahir leurs nouveaux amis. Dans un communiqué de presse qui se veut savant ils lancent une querelle non maîtrisée et démagogique sur la décision qu’ils ont eux-même appuyée et votée de cacher aux contribuables l’ampleur de la faillite municipale.

Il est temps d’être sérieux et surtout crédible. On peut sourire un instant à la naïveté et au simplisme de ces quelques apprentis politiciens qui prennent les moissagais à témoin de leur incohérence et de leur convictions à géométrie variable. Mais il convient au plus  tôt de relever le niveau et de ne pas désespérer tous ceux qui veulent changer réellement de politique municipale et de manière d’agir.

Patrice Charles  

 

Le Maire de Moissac se tait lors de l’assemblée générale des Maires

Créé par le 22 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

Moissac est restée muette lors de l’Assemblée générale des Maires du Tarn-et-Garonne qui s’est tenue le samedi 18 octobre dernier.Et pour cause. Seul s’est exprimé le Président…du Conseil général ainsi que la député de la circonscription, aucunement maires. Les Maires, les vrais, particulièrement ceux de la deuxième circonscription ont été au garde à vous devant la puissance hégémonique du Conseil général. Pris en otages par le Président du Conseil général, ils ont pu, et uniquement grâce au Maire de Montauban, seulement éviter de sombrer dans le ridicule en refusant de voter à main levée une motion contre le projet de réforme territoriale qui menace frontalement l’autocratie du Conseil général. Quel courage. Ce fut le seul outrage fait au Président du Conseil général. N’oublions pas qu’il s’agissait d’une réunion de maires.

Où était notre Maire dans cette association de Maires muette et aux ordres ? Comme à Moissac, assis, muet et entouré par deux conseillers généraux PRG, super adjoints à la mairie. Il fallait au contraire, au nom de Moissac, deuxième commune du Tarn-et-Garonne, faire respecter notre commune dans cette mascarade et ce hold up de la liberté municipale et associative. Il fallait s’exprimer comme l’a fait la Maire de Montauban. Au delà des clivages politiques, il y a le courage politique de défendre ses convictions et son titre de Maire.

C’est dire que notre combat est d’actualité. Nous continuerons à nous battre pour rendre à Moissac son rang, ses compétences, son autonomie et faire respecter ses habitants contre toute atteinte à la démocratie locale. Le destin de Moissac est notre projet.

Patrice Charles

   

La fin programmée des cantons va soulager Moissac

Créé par le 21 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

Adieu les cantons I et II de Moissac qui ne signifiaient rien aux yeux de la population. Adieu un conseil général qui abusait du clientélisme et de l’assistanat. Place bientôt à une gestion moderne et efficace de nos territoires. Moissac, en particulier, gagnera en liberté face à des conseillers généraux super adjoints du Maire. Il était temps de lancer une réforme courageuse, c’est fait.

Les électeurs comprendront aisément qu’il faut aussi changer les hommes. Les prochaines élections cantonales en fourniront l’occasion. Les moissagais s’apercevront que tout est à faire, une nouvelle communauté de communes, une nouvelle mairie, une nouvelle façon de gérer les affaires locales, bref une nouvelle façon de faire de la politique au service de tous. 

Patrice Charles

Les contribuables de Moissac oubliés par la Mairie

Créé par le 20 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

p6274659.jpgLa mairie a décidé de privilégier la dépense à tout va plutôt que de réduire les impôts locaux. Les dépenses de fonctionnement se développent sans aucun effort de rationalisation ni d’efficacité accrue. Malgré la bonne volonté des agents municipaux le management moderne adopté dans de nombreuses mairies est inexistant. Preuve en est le retard aberrant d’une gestion mairie-citoyens via l’informatique et internet qui nous place au  rang des très petites communes dans le paysage administratif actuel. De ce fait l’augmentation des dépenses de fonctionnement n’a aucune contrepartie dans la qualité d u service rendu ni justification sérieuse.

Quant aux dépenses d’investissements, elles sont de façon évidente mal orientées et surtout décidées sans concertation, dans le seul souci de préoccupations électorales. Aucune réflexion n’est menée pour choisir des dépenses productives de retour en termes d’emploi. 

Qui règle la note. Toujours les mêmes, les contribuables. On ne peut leur faire croire infiniment que les fêtes, les subventions, les dépenses intempestives sont gratuites. On préfere en haut lieu oublier les contribuables et continuer la fête.

Patrice Charles

La mairie de Moissac se moque des propriétaires agricoles

Créé par le 17 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

La mairie de Moissac a mis fin à la grève de la faim d’un propriétaire agricole menacé d’expropriation grâce à un mensonge éhonté. Monsieur Henri Colomina était menacé dans ses terres par la création d’une zone commerciale au Luc. Etant dans l’ignorance des projets de la mairie à son sujet, il avait courageusement entamé une grève de la faim.

Obligé de le recevoir, le Maire n’avait pu le convaincre de cesser sa grève de la faim. Il était pourtant entouré de ses « surveillants » PRG, nos deux conseillers généraux et sur-adjoints de Moissac.

Les syndicats agricoles sont rentrés en jeu. Nouvelle réunion. Comment pouvait s’en sortir la mairie ? Expliquer le mécanisme obscur des accords à l’amiable à la mode tarn-et-garonnaise et se voir démasquer aux yeux de l’opinion publique aveuglée par la presse locale anesthésiante ? Rendre son honneur au droit de propriété menacé à Moissac  par des combines d’un autre âge ?

La mairie a choisi de mentir. En promettant les mêmes garanties que pour la liaison Quercy Gascogne elle se substitue aux domaines, au juge, garants du respect des droits attachés à la propriété privé, pire, elle entérine une fausse vision fataliste partagée par presque tous à Moissac, que le maire est maître chez lui. C’est à dire chez nous. Le maire s’est comporté façon indigne. La population sera une fois de plus bernée. En promettant ce qu’il ne peut promettre, ce n’est aucunement de sa compétence, il trompe la bonne fois d’un citoyen qui a risqué sa vie pour son droit, il trompe la population avide de comprendre et non de subir.

C’est une honte et un désaveu. J’interpellerai personnellement le Maire en Conseil municipal sur ces propos stupéfiants à moins qu’il n’aient été déformés ou mal compris. 

Je propose dès à présent au Maire de répondre dans des colonnes et de donner à la population les éléments objectifs entourant toute procédure d’expropriation.

De toutes façons, j’organiserai en temps utile une grande réunion publique à ce sujet. Il est temps que l’information passe. 

Patrice Charles

Conseiller municipal

 

Moissac: Grève de la faim contre la Mairie

Créé par le 16 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

Une grève de la faim contre la Mairie de Moissac qui bafoue encore la propriété privée agricole. C’est le geste fort et désespéré d’Henri Colomina, propriétaire d’une exploitation agricole au Luc. Se fondant sur l’ignorance des procédures par les citoyens et le défaut d’information la Mairie entendait construire une zone commerciale au Luc sans se soucier outre mesure des droits fondamentaux des propriétaires concernés. La grève de la faim commencée le lundi 12 octobre a été suspendue le vendredi 16 octobre grâce à la pression des syndicats agricoles sur la Mairie.

N’étant pas contre la promotion et l’aménagement de la zone du Luc, Henri Colomina n’en est pas moins propriétaire d’un bien foncier. Ignoré dans ses demandes d’explications et face au mutisme arrogant de l’exécutif moissagais qui se croit déjà en terre conquise, il a réussit à conquérir l’opinion.

Nous sommes loin des promesses de la campagne électorale des municipales où les futurs projets de la gauche seraient issus de la concertation. Henri Colomina n’est pas le premier ni le dernier à subir les foudres des « progressistes » de gauche. Derrière le paternalisme se cachent les intérêts bien pensés d’une idéologie où la propriété privée est secondaire.

On ne peut jouer impunément avec la propriété d’autrui. Le Code de l’Expropriation est seul à réglementer la matière. Mais nos élus locaux préfèrent régler cela à « l’amiable » avec leurs règles du jeu à eux, avec un cynisme de bon aloi.

Tout cela doit cesser. Il y va de la dignité de tous. Il est abominable qu’un citoyen de Moissac soit obligé de faire la grève de la faim pour se faire entendre. Lamentable et pathétique.

Patrice Charles

Subventions du Conseil général à Moissac: Rien

Créé par le 13 oct 2009 | Dans : Le mot du jour

Lors de la dernière commission permanente du Conseil général, Moissac a été oubliée. Aucune subvention significative n’a été versée. C’est au contraire à un éparpillement, à un saupoudrage de l’argent public au petit bonheur la chance que l’on a assisté. Au profit de qui ? De trop nombreuses communes prises une à une sans coordination territoriale, sans management structurant, dans un pur souci d’électoralisme et de clientélisme d’un autre âge. 

Que rapportent nos deux conseillers généraux de Moissac dans cette logique, si on peut appeler cela une logique. Rien. Il convient en effet mommentanément d’affaiblir à la fois les socialistes et les verts, histoire de préparer des lendemains qui chantent pour le seul PRG. C’est lamentable.

D’un autre côté, c’est dire que la droite ne peut que mieux faire ou tout au moins dénoncer cet état de fait dans la gestion de l’argent des contribuables en particulier ceux de Moissac et de le faire savoir lors des prochaines échéances électorales.

Patrice Charles.

Moissac doit lancer une nouvelle communauté de communes

Créé par le 21 sept 2009 | Dans : Le mot du jour

p6214605.jpgIl est temps de créer une structure intercommunale conforme à la réalité du territoire. Loin de donner raison au Conseil général friand d’éliminer tous les contre-pouvoirs nous devons réagir.L’Etat, d’ailleurs, priviligie financièrement de telles initiatives. Montesquieu, Lizac et Boudou profitent de Moissac sans contrepartie et avec la complicité de nos conseillers généraux; cela c’est la réalité de l’inaction. Nos impôts, locaux et nationaux servent « l’indépendance » de nos communes limitrophes à notre égard et la trop forte dépendance vis à vis du Conseil général. Les chiffres sont là désastreux.

Une communauté de communes élargie pour notre part à ces trois communes et centrée sur la dimension centrale de Moissac relancerait tout notre territoire ainsi que celui de Castelsarrasin. Parlons franchement de l’avenir et mettons sur pied une réelle solidarité territoriale de façon à rééquilibrer le Tarn-et-Garonne à l’ouest.

Je l’avais déja proposé dès 2001. Que de temps perdu à masquer l’inacceptable gâchis de nos talents sous les dossiers poussiéreux du Conseil général qui s’en tient à ses bons vieux cantons découpés dans le Tarn-et-Garonne du XIXème siècle et à ses petites communes du temps jadis.

L’heure est à la coopération active intercommunale pour assurer les services modernes que demandent légitimement les citoyens de notre territoire. Sans complexe et sans préjugés. Avec tous.

Patrice Charles. 

Un centre-ville attractif à Moissac: Le maire entend la vraie droite.

Créé par le 13 sept 2009 | Dans : Le mot du jour

Le Maire de Moissac, Jean-Paul Nunzi, a enfin compris qu’il fallait réagir à la mort du centre-ville. Appliquant une nouvelle loi votée par la droite parlementaire qui lui permet de préempter dans le cadre de la vente d’un fonds de commerce il rejoint la volonté affichée de l’opposition municipale de préserver le centre ville de tout marchandage immobilier.

Patrice Hernandez, dans « les dessous de la mêlée », remercie le Maire pour cette avancée dans le cas du « Flore ». C’est bien. En effet ce bistrot historique  soumis à la pression économique a dû mettre la clé sous la porte. La population relayée par la vraie droite a alerté le Maire sur les dangers de laisser les spéculateurs déséquilibrer les offres de services en matière de café et de restauration. Il semble que nous ayons été entendus.

Le combat continue pour moderniser la manière de gerer notre ville. Et garder au centre ville de nombreux restaurants et bistrots!

Patrice Charles.

 

1...34567

Etat Autonome Kabyle |
Section du FFS d'Amizour |
Langue de bois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Jeunes CDH Verviétois
| palabre
| Services d’intérêt économiq...